Une association dédiée à une nouvelle conscience
humaine solidaire de tous les Êtres Vivants sur Terre

Plusieurs cas de peste bubonique ont été recensés ces derniers jours en Chine et en Mongolie, obligeant les autorités à prendre des mesures de quarantaine. Qu’est-ce que cette forme de peste potentiellement mortelle ?

Dimanche 5 juillet, un habitant de Mongolie, région autonome de la Chine, a été diagnostiqué infecté par la peste bubonique.
Les autorités locales ont donc décidé de déclencher une alerte sanitaire de niveau 3 (sur 4 niveaux) et de la maintenir au moins jusqu’à la fin de l’année 2020, afin d’éviter au maximum la propagation de la maladie.
L’Organisation mondiale de la santé a annoncé de son côté surveiller attentivement la situation, bien qu’elle ne considère pas qu’il s’agisse d’un risque élevé.
La peste bubonique est la forme de peste la plus fréquente.
Elle affecte les rongeurs (souvent les rats et les marmottes) et se transmet à l’homme par une piqûre de puce qui avait au préalable piqué un animal infecté.
Elle se transmet également par contact direct avec les carcasses ou les fluides corporels de petits animaux infectés, et son temps d’incubation varie de 2 à 5 jours.
Cette maladie a la particularité de “s’éteindre” pendant plusieurs années, avant de réapparaître sous forme d’épidémies.
Fièvre et inflammation des ganglions
Elle se caractérise par un syndrome infectieux très sévère (forte fièvre, atteinte profonde de l’état général, troubles digestifs intenses) et est accompagnée d’une “hypertrophie du ganglion lymphatique (bubon) drainant le territoire de piqûre de la puce”, indique l’Institut Pasteur. Lorsqu’elle est au stade bubonique, la transmission entre humain est très difficile.
Dans 20 à 40% des cas, le bubon laisse écouler du pus et le malade guérit après un temps de convalescence assez long.
Sinon, la maladie évolue vers une septicémie très rapidement mortelle.
Dans certains cas, la bactérie (le bacille) atteint les poumons et la transmission entre humains se fait par l’intermédiaire de gouttelettes, émises en cas de toux ou d’éternuements, à l’image du Covid-19.
Cela devient une peste pulmonaire, qui est une forme foudroyante de la maladie.
En l’absence de traitement, ( mais ces traitements existent) elle est systématiquement mortelle en 3 jours.
C’est en raison de cette possible dérive de la maladie que les autorités n’hésitent pas à prendre des mesures drastiques dès l’apparition des premiers cas de peste bubonique.