Une association dédiée à une nouvelle conscience
humaine solidaire de tous les Êtres Vivants sur Terre

 

 

750 euros ! 

C’est le montant maximal de l’amende que risquent désormais les maîtres qui n’identifient pas leurs chiens et chats nés après le 1er janvier 2012 (art. R 215-15 du code rural et de la pêche maritime) ! 

Car bien qu’obligatoire, l’identification est loin d’être généralisée, en particulier chez les chats : 

25% des chats étant identifiés, contre environ 75% des chiens.

Identifier son animal, c’est lui donner une identité : et donc lutter contre l’abandon, la perte ou le vol

« Un animal de compagnie n’est ni un consommable ni un jouet ; en être propriétaire, c’est en être responsable , a souligné le ministre de l’Agriculture, Julien de Normandie, lors de la présentation de son Plan d’actions pour lutter contre l’abandon des animaux de compagnie(21/12/2020). 

L’identification de tous les chiens et les chats constitue un préalable nécessaire à la mise en place de toute politique publique relative à l’abandon ». 

« Enfin ! » serait-on tenté d’ajouter, tant les ONG de protection animale s’époumonaient à réclamer la mise en place de sanctions pour les maîtres peu scrupuleux. 

C’est donc désormais dans cette droite lignée que s’inscrit le décret du 18 décembre 2020 : en étendant aux chats la sanction prévue en cas de méconnaissance de l’obligation légale d’identification, le texte entend responsabiliser les maîtres d’animaux et ainsi lutter contre le fléau de l’abandon.

 

 

L’identification est tout aussi essentielle pour retrouver son animal en cas de perte ou de vol. 

Une étude I-CAD et de l’institut TNS/Sofres révélait en octobre 2016 qu’un animal perdu identifié avait 40% de chances supplémentaires d’être retrouvé qu’un animal non identifié. 

Pire : faute de place dans les fourrières et refuges, les animaux disparus non identifiés risquent l’euthanasie 

« L’identification est comme une laisse invisible qui relie toujours l’animal à son maître, le protégeant ainsi en lui garantissant un bien-être fondamental : celui de retrouver son foyer », confirme le débuté LREM et vétérinaire Loïc Dombreval.

La Fondation 30 Millions d’Amis évoque régulièrement des histoires extraordinaires qui témoignent de l’utilité de l’identification. 

Sandy a pu retrouver son chat Gengal, disparu depuis 7 ans lors d’un déménagement, alors qu’Alexandra a pu célébrer ses retrouvailles avec sa douce « Penthé », échappée de sa caisse de transport deux ans plus tôt.  D’autres récits sont dignes d’un véritable conte Disney : la chatte Choupa a été retrouvée, grâce à sa puce électronique… 11 ans après sa disparition, tandis que Jasmin a été découvert, grâce à son tatouage… à 350 kilomètres de son foyer, 3 ans après avoir fugué sur la route des vacances !

La Fondation 30 Millions d’Amis demande l’extension de l’habilitation des contrôles d’identification

Parce que seuls les fonctionnaires habilités peuvent réaliser des contrôles d’identification, le Plan d’actions contre l’abandon prévoit d’élargir cette habilitation aux gardes champêtres et aux policiers municipaux. 

Une réforme qui permettrait d’assurer l’effectivité de la sanction en vigueur depuis le 21 décembre 2020 ! 

Une amélioration, certes, mais très largement insuffisante. 

La Fondation 30 Millions d’Amis réitère sa demande d’assermenter également les associations de protection animale et les vétérinaires pour renforcer les contrôles et sanctionner les propriétaires qui ne font pas identifier leur animal de compagnie. 

« Ils sont les mieux placés pour effectuer ces vérifications absolument indispensables », assure Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis. 

A titre d’exemple, en Angleterre, la Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals (RSPCA) est assermentée pour contrôler et sanctionner le défaut d’identification des animaux.

* Auparavant, seul était sanctionné le défaut d’identification des chiens nés après le 6 janvier 1999.