Une association dédiée à une nouvelle conscience
humaine solidaire de tous les Êtres Vivants sur Terre

Géographie

Le pays, d’une superficie comparable à celle de la Suède, se caractérise par la monotonie de son relief. 

Les deux tiers du pays, principalement à l’ouest, sont constitués de steppe et de désert, interrompus seulement par le delta de l’Amou-Daria, qui se déverse dans ce qui reste de la mer d’Aral.

 Le relief est un peu plus prononcé à l’est, vers les montagnes situées dans les pays limitrophes, où se trouvent les sources des fleuves qui irriguent le pays. 

Le plus important cours d’eau d’Asie centrale, l’Amou-Daria, fait en grande partie office de frontière avec le Turkménistan et l’Afghanistan. Les programmes d’exploitation intensive des ressources naturelles lancés pendant la période soviétique  et pour certains, toujours en activité  ont ravagé l’environnement de manière irréversible : l’augmentation de la production de coton, par exemple, s’est accompagnée d’une perte de 75% du volume de la mer d’Aral, dont l’eau était utilisée pour l’irrigation des cultures, sinistrant du même coup sa faune et sa flore marine, ainsi que l’industrie locale de la pêche. 

Pire, le climat s’en trouve maintenant irrémédiablement détérioré (4 à 5 fois moins de jours de pluie que dans les années 1950).

 Les résidus chimiques liés à l’industrie cotonnière ont par ailleurs causé de sérieux dommages tant sur l’environnement que sur les populations humaines.

 Par ailleurs, d’énormes projets de barrages hydroélectriques au Tadjikistan et au Kirghizstan inquiètent fortement l’Ouzbékistan et le Turkménistan, situés en aval, qui ont un besoin vital d’approvisionnement en eau pour la culture du coton à la base de leurs économies nationales.

 

Faune et flore

Bien que désolé, la partie semi-désertique du territoire n’est pas  exempte de vie animale : on y rencontre gazellesrapaces, varans, scorpions et serpents. 

Les zones montagneuses, isolées, rocheuses et boisées, abritent ours, lynx, outardes, chamois et même de rares léopards des neiges ( voir photo). 

Les programmes d’irrigation dans les steppes ont dégradé les sols, pollué l’eau et causé des phénomènes d’érosion à large échelle, entraînant l’aridité et la saturation en sel de ces zones désormais inhospitalières à la vie végétale ou animale.

 

Problèmes environnementaux

La plupart de ces zones protégées sont menacées par le manque d’ambition des lois de protection de l’environnement et la détérioration du système des parcs nationaux, qui manquent des finances nécessaires pour empêcher l’abattage illégal et le braconnage. 

La mauvaise protection des réserves reste toutefois secondaire comparée au désastre environnemental de la mer d’Aral, que certains experts qualifient de “plus grande catastrophe écologique jamais causée par l’homme”.