Une association dédiée à une nouvelle conscience
humaine solidaire de tous les Êtres Vivants sur Terre

LA FLORE

 

La flore du Vanuatu prolifère dans un climat tropical humide, qui permet notamment la présence de nombreuses épiphytes comme les orchidées.

La mission Santo 2006 a recensé environ 650 espèces végétales (angiospermesgymnospermesfougèresmousses…) rien que sur cette île, appartenant à 366 genres différents répartis entre 140 familles. 

Une vingtaine de ces espèces étaient nouvelles pour la science, et probablement endémiques  

Santo étant la plus grande île du pays, la biodiversité florale des autres îles doit être proportionnellement légèrement inférieure. 

Cinq grands types d’assemblages ont été mis en évidence : la forêt humide de basse altitude (, la forêt des nuages (cloud forest), les broussailles la végétation pionnière, notamment sur le sols volcaniques la végétation côtière, dont les mangroves , et la végétation secondaire et cultivée 

Un écosystème à part : la forêt des nuages

Cette végétation luxuriante installée entre 500 et 1 000 mètres d’altitude est composée de genres typiquement montagneux tels que MetriderosSyzygiumWeinmanniaGeissoisQuintinia, et Ascarina, on trouve aussi des individus isolés d’Agathis et de Podocarpus

On la trouve notamment sur les pentes orientales du Pic Santo et du mont Tabwémassana. 

Une couverture nuageuse est omniprésente pratiquement toute l’année à partir de 500 mètres sauf parfois, durant les premières heures de jour. 

La combinaison de cette humidité maximale, de la lumière forte et de la chaleur permettent une biodiversité et une biomasse extrêmes, et font de ces habitats de véritables oasis de vie. 

On trouve sur les branches des arbres de nombreuses épiphytes telles que les orchidées Dendrobium, des Astelia et des Freycinitia, et les fougères arborescentes sont nombreuses, surtout les Cyathea et les Dicksonia

Enfin, une espèce de palmier Clinostigma ne se trouve que dans la forêt des nuages d’Erromango, d’Anatom et d’Ambrym.

 

FAUNE MARINE

 

La faune marine a été principalement étudiée par la mission « Santo 2006 » menée par le Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris, ainsi que par quelques études plus ponctuelles liées au ministère des pêches. 

On décompte au moins 917 espèces de poissons (vivaneaux, loches, thons, marlins, espadons, barracudas, brèmes, coryphènes, requins, raies…) (dont plus de 30 poissons des profondeurs), ainsi que 295 espèces de coraux[, et un grand nombre de coquillages (572 espèces, dont 402 gastéropodes et 167 bivalves), crustacés (plus de 1 000 espèces  dont des langoustes, cigales de mer, crevettes, crabes de cocotier et de palétuvier…), vers marins ou encore échinodermes

En dehors des poissons, on retrouve plusieurs espèces de vertébrés marins d’intérêt patrimonial fort : plusieurs espèces de tortues marines (imbriquée, verte, luth, à grosse tête), le dugong ( voir photo) et le crocodile des estuaires (à Vanua Lava).

Les cônes (mollusque appelé cone snail en anglais) et les poissons-pierre (Synanceia) sont des exemples d’animaux marins venimeux dangereux pour les humains, mais non agressifs.

La faune aquatique d’eau douce reste peu étudiée : 47 espèces de poissons et 29 de crustacés d’après le rapport de l’expédition Santo 2006 .

 

FAUNE TERRESTRE

 

Les seuls mammifères terrestres d’origine sont les 12 espèces de roussettes, ou chauves-souris, dont 4 sont frugivores .

 La roussette blanche est endémique. 

Cette chauve-souris est très importante pour les forêts tropicales car elle pollinise et dissémine les différentes espèces d’arbres. 

Elles se nourrissent du nectar, des pollens et des fruits.

Tous les autres mammifères ont été importés par l’Homme : le chien, le cochon, le rat, la souris, la chèvre, des bovins, des chevaux, des chats. 

On pense que l’espèce du petit rat de Polynésie est endémique, mais les rats communs ont été introduits avec les Européens.

Parmi les reptiles, il existe 19 espèces de lézards, dont 13 de scinques (dont 3 endémiques) et 7 de geckos. 

Parmi les reptiles endémiques, on trouve le « flowerpot snake », qui n’existe qu’au Vanuatu. 

Une espèce d’iguane a été introduite dans les années 1960 depuis Fidji, ainsi que deux espèces de serpents, le boa du Pacifique et le serpent aveugle, tous inoffensifs.

Les invertébrés sont nettement plus nombreux, avec 2 179 espèces d’insectes répertoriées en 1999, dont 55 de sauterelles, 10 de termites, 366 d’abeilles  guêpes, 304 de scarabées, 364 de papillons[

Les espèces de fourmis de quelques îles du Vanuatu étaient cataloguées par E.O. Wilson. 150 espèces d’araignées ont été recensées par la mission Santo 2006, rien que sur cette île[]

 

OISEAUX

 

L’avifaune (l’ensemble des oiseaux) du Vanuatu se compose selon l’inventaire actuel de 178 espèces, qu’ils soient de mer, de littoral ou de l’intérieur des terres, dont 48 pour la seule Santo[26]. 11 sont endémiques et ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde (MouetteCarpophage géant (nautou), loriquetméliphage]

10 sont introduites (coq sauvagecoq dorémerle des Moluquesmoineaubengalidonacole). 

On compte quelques rapaces comme le faucon pèlerin, mais il existe aussi d’autres oiseaux dans l’archipel, comme les perruches, le Loriquet à tête bleue et le Lori des palmiers